Toutes les expériences Rencontres

Emmanuel et Delphine, vignerons au Domaine du Mont-Guillaume

PANO0001-Panorama-14
‘‘ Escale 780 au Domaine du Mont-Guillaume

Dites-nous un peu, qui êtes-vous et d’où venez-vous ?

Emmanuel et son épouse Delphine sont vignerons sur Embrun et gèrent le “Domaine du Mont-Guillaume”.  Bourguignons d’origine et résidents Hauts-Alpins d’adoption et de cœur, de longue date puisqu’ils possèdent un pied-à-terre dans l’Embrunais, aux Orres précisément, Emmanuel et Delphine ont fait le pari audacieux de réhabiliter le vignoble de l’Embrunais. Après une carrière dans le monde du vin à Beaune en Côte d’Or, où Emmanuel exerce en tant que commercial à l’export chez un négociant, ils décident de s’installer définitivement dans l’embrunais et partent à la recherche de vignes. Pour la petite histoire le parcours ne sera pas simple pour ces véritables passionnés.  Après deux années de recherche de parcelles, Emmanuel frappe à la bonne porte, celle de la mairie de Puy-Sanières qui lui propose 2 hectares abandonnés, idéalement placés au-dessus du lac de Serre-Ponçon, quasiment plein sud, en pente douce, d’un seul tenant. Au printemps 2018, près de 10 000 plants de vigne sont mis en terre. En 2016, la chance lui sourit de nouveau grâce à sa rencontre avec Charly Tavernier, pionnier en la matière  qui souhaite céder son petit domaine. Il va falloir faire une grande enjambée car de Puy-Sanières, en rive droite de la Durance, il faut aller à Saint-André-d’Embrun, en rive gauche, pour les deux hectares de Charly. Petite anecdote pour ce bourguignon d’origine : les habitants de Saint-André sont surnommés les Bourguignons !

L’aventure viticole commence….

 

 

 

 

Bertheloot Puy Sanieres - Patrick Domeyne (80)
Puy Sanieres - Patrick Domeyne

Un peu d’histoire…

Comme souvent en France, ce sont les moines et les ecclésiastiques qui ont développé la vigne à la fin du Moyen-Âge. Toutes les vignes à l’époque étaient situées sur la partie adret de la Durance, il faut bien imaginer que le lac n’existait pas. Les moines recherchaient les meilleurs terroirs pour planter la vigne et pour produire des vins de qualité. Et c’était difficile à
l’époque, il faut imaginer qu’on ne parlait pas de réchauffement climatique, mais en tout cas ces secteurs qui correspondent souvent à des cônes de déjection étaient les meilleurs secteurs pour produire des vins de qualité. On en trouve pratiquement toujours sur la rive droite de la Durance, entre Châteauroux-les-Alpes, Chadenas, Puy-Sanières, et jusqu’à Prunières, Saint-Apollinaire.

Les vignes du Domaine du Mont-Guillaume

L’environnement naturel de votre domaine  ?

Le Domaine viticole s’étend sur 4ha : Les 2 hectares de St-André d’Embrun sont à la même altitude que les 2 hectares de Puy-Sanières. Ce qui offre une similitude, mais le sol est différent, plus sec à Saint-André, plus tassé également. Il y a une géologie des sols ici qui est très riche, alors on a fait des études avec des géologues pour s’apercevoir qu’on a réellement non pas un territoire dédié à la vigne, mais un vrai terroir. Nos vignes sont situées à une altitude moyenne de 880m avec une parcelle à 950m, dans un environnement écologique parfait et un écosystème vivant et diversifié porté par un climat méditerranéen.
Nous possédons le label Esprit Parc octroyé par le Parc national des Écrins, c ‘est pour nous l ‘objet d ‘une grande fierté. Ça correspond tout à fait à ce qu’on voulait faire avec Delphine, que nos vignes soient complètement intégrées dans un écosystème, dans une microbiologie des sols, dans une biodiversité qui correspond exactement aux valeurs du Parc.

 

St-André d'Embrun - Puy-Sanières- Patrick Domeyne
  • Puy Sanieres - Patrick Domeyne (75)

    La singularité d'un vignoble d'altitude

    C ‘est flagrant, on est même épaté et étonné par les différences que l’on a dans nos vins, par rapport aux vins qu’on retrouve dans les plaines du Sud, en Provence, en Côte du Rhône, où les pauvres vignerons subissent de plein fouet des chaleurs extrêmes, qui font qu’aujourd’hui même la typicité des vins s’en ressent, alors qu’ici c’est l’inverse. C’est-à-dire que les vins qui, il y a une vingtaine          d’années,  arrivaient à peine à maturité, sont aujourd’hui des vins qui sont maintenant presque recherchés par leur finesse, et par le peu d’alcool qu’on retrouve par rapport aux régions dont on vient de parler. On remarque également que nos vins de haute montagne sont influencés par une importante amplitude thermique : on a des journées très chaudes, mais des soirées fraîches, voire froides à partir en général de la fin du mois de septembre, et du coup les raisins qu’on récolte sont des raisins qu’on amène en cuverie très frais, et qui donc s’expriment au niveau aromatique d’une manière exceptionnelle. Aujourd’hui ‘il y a beaucoup de propriétaires de vins dans toute la France qui recherchent l’altitude pour cette singularité.

  • Vendanges Puy Sanieres - Patrick Domeyne (33)

    Comment se passe les vendanges ?

    Nos vendanges sont exclusivement manuelles, à l’ancienne, c’est-à-dire avec de toutes petites caisses qui respectent le raisin afin de respecter la qualité des fruits. On cueille le raisin avec délicatesse, on le soigne particulièrement pour qu’il arrive en cuverie dans un état fantastique. La cuverie est équipée de tables de tri. Le raisin est traité de deux manières, soit il est blanc, soit il est rouge. S’il est blanc, il va directement au pressoir pneumatique, et on presse un jus qu’on appelle un mou qui va fermenter et qui va devenir un vin blanc rapidement. Pour le rouge, c’est tout à fait différent, ça demande un travail qui est beaucoup plus long. On rentre le vin rouge suivant les cépages à des périodes déterminées. On fait des cuvaisons, c’est-à-dire on laisse macérer les raisins dans des grandes cuves avec une thermorégulation (vérification de la température), de manière à ce que la fermentation des raisins se fasse d’une manière naturelle et régulière. Une fois la fermentation terminée, ce qui prend à peu près une vingtaine de jours le vin est prêt à être pressé. A partir du moment où le vin est pressé, la fermentation alcoolique est terminée. Comme pour les blancs, on va mettre les vins en fût de chêne qui viennent de Bourgogne pendant au moins un minimum neuf mois, dans des caves froides et fraîches. Au bout de ces neuf mois de vieillissement, on met en bouteille afin de découvrir le vrai millésime tel qu’on va le proposer à nos clients. Nos bouteilles sont commercialisées uniquement sur les circuits courts locaux. Chaque année c’est une découverte, le millésime a une caractéristique différente. Quelle exaltation de cueillir le raisin, parce qu’on a toujours une petite idée, mais on n ‘a pas vraiment la certitude de la typicité du vin. On en connaît très bien les tendances, mais le vin a besoin de se faire très lentement, il faut beaucoup de patience, beaucoup de soin et de délicatesse.
    Un véritable travail d’orfèvre du raisin !

  • Les cépages  - Domaine du Mont-Guillaume

    Les cépages

    On a une grande diversité, le cahier des charges de l’IGP Hautes-Alpes (Indication Géographique Protégée pour les vins des Hautes-Alpes) nous permet effectivement de planter pas mal de cépages différents. On peut trouver 2 catégories, les cépages classiques : le chardonnay, la syrah, le cabernet, le gamay, qu’on trouve dans
    d ‘autres régions, et des cépages beaucoup plus rares. Le mollard d’abord, endémique des Hautes-Alpes est un cépage adapté à la haute montagne, et qui donne vraiment des résultats avec les changements climatiques très intéressant. On a également le chasan, un cépage blanc. Enfin, j’ai quelques vieilles vignes, où les anciens avaient planté des cépages tout à fait étonnants, qu’on ne connaît parfois pas, et qui ont presque disparu. Pour ma part, je pense qu’il faut faire attention avec les mélanges, il ne faut pas trop assembler. Moi j ‘aime beaucoup les monocépages, car ils ont une régularité, une franchise, une netteté dans la dégustation qui
    m ‘intéresse beaucoup.

     

  • Vignes  Puy Sanieres - Patrick Domeyne

    Millésime 2023

    Comme toujours c’est la nature qui décide. Cet été a été extrêmement sec, sans pluie, ce qui fait qu’on a eu des raisins qui ont eu beaucoup de mal à se développer en taille. Ce sont de tout petits raisins avec peu de jus, on va donc avoir à priori un millésime très qualitatif particulièrement concentré et riche, mais avec de petits volumes.
    Le millésime 2023 sera donc de caractère, avec 2 vins blancs et 3 vins rouges proposés à notre clientèle.

    Visite du domaine sur réservation.

‘‘ Découvrez nos producteurs à Serre-Ponçon...
Filtres 8 résultats
Voir les résultats
Filtres
8 résultats