Toutes les expériences Rencontres

Alexandre Besseau, passionné d’eau vive

IMG_2290
Alexandre Besseau (1)

Êtes-vous originaire de Serre-Ponçon ?

Je suis né à Amiens en Picardie, fils de kayakiste passionné, je suis arrivé à l’âge de 2 ans à Embrun auprès de la Durance, véritable capitale européenne de la discipline. J’y ai grandi en observant la carrière de mon père en canoë slalom, au niveau national puis en tant qu’entraineur de la plupart des internationaux alpins depuis la fin des années 80 jusqu’à nos jours. J’ai moi-même perfectionné ma pratique du canoë-kayak à travers l’instruction du père Besseau. J’ai rejoint l’équipe de France de Kayak freestyle en 2006, j’ai été champion de France pendant 5 années consécutives et multiple médaillé mondial. Aujourd’hui, je suis guide de rivière par passion à côté de mon vrai métier : Directeur d’un événement sportif international : l’Outdoormix Festival.

  • 2010.06.06_02_D3_DSC0472_1_1000_1

    Pourquoi avoir choisi Serre-Ponçon pour exercer votre activité ?

    La question serait plutôt : comment parvenir à quitter Serre-Ponçon lorsque l’on y a grandi et mené une vie riche de multiples activités de pleine nature ? J’ai beaucoup voyagé à travers le monde en tant que kayakiste explorateur. Mon leitmotiv était de trouver les plus belles vagues de rivières au monde, je les ai trouvées, je les ai surfées et j’ai découvert les milieux parfois naturels, parfois urbains qui les abritent. Il faut se rendre à l’évidence, le monde est rempli d’endroits super fun, où une partie de la boule à facette brillera toujours plus fort qu’ailleurs. Je crois que ce qui résume le mieux le pourquoi Serre-Ponçon c’est tout le compromis entre qualité de vie, qualité des éléments (soleil, lac, rivières, montagnes, forêts, vent) et la qualité des gens qui peuplent cette vallée. Vous trouverez certainement de plus grosses rivières ailleurs, ou de plus grands lacs, ou un vent plus régulier. Mais nulle part vous ne contenterez autant de différents aspirants aux pratiques de pleine nature, et donc de rivière entre autres, que chez nous à Serre-Ponçon.

  • KevinSaussure-SUP-J3-BD-4238

    Quelles sont les différentes activités eau vive que l’on peut pratiquer à Serre-Ponçon ?

    Elles sont nombreuses et sont au cœur du développement touristique de notre vallée depuis les années 80 : Rafting, Nage en Eau-Vive, Canoë-Kayak. Elles peuvent aussi être naissantes ou très discrètes telles que la randonnée aquatique, le Stand Up Paddle en rivière ou encore le Surf sur vague de rivière telle que le Rabioux.

  • PL011149

    Quelles sont les différentes rivières de pratique à Serre-Ponçon ? Et leurs différences ?

    Les affluents de la Durance seront davantage destinés aux pagayeurs aguerris qui viennent rechercher des parcours techniques et sauvages tels que le Guil, le Gyr, l’Onde ou l’Ubaye. La Durance entre l’argentière et Embrun se prête parfaitement à la pratique touristique et de découverte (initiation au kayak de rivière, tours de raftings…) Enfin, il ne faut pas oublier que le Lac de Serre-Ponçon c’est la Durance ! Alors nous y retrouverons des pratiques plus calmes, exploratrices et endurantes telles que le kayak de mer, le canoë ouvert (indien) ou encore le Stand Up Paddle.

     

  • IMG_1014

    Qu’est-ce que la vague du Rabioux ?

    Un totem. La vague du Rabioux est une vague de rivière, qui marque l’entrée du parcours rivière le plus fréquenté d’Europe. C’est un mythe. C’est un spot qui a permis les premières figures (chandelles) du kayak de rivière des années 80, qui a accueilli les premières grandes compétitions freestyle dans les années fin 90-2000, les plus grandes stars de la discipline qui ont beaucoup inspiré ma génération. C’est une plage de la Durance qui a essuyé mes premières gamelles de bébé tenu en laisse, mes premières défaites en kids freestyle, mes premières victoires de senior. C’est l’endroit le plus vibrant du monde pour un kayakiste haut alpin.

  • Le_Naturographe-Eau-vive_(60)

    Quelles sont les conditions obligatoires pour pratiquer les activités d’eau vive ? Âge, conditions physiques…

    Selon la proximité aux rivières, la témérité et la condition physique d’une personne, elle peut commencer très tôt comme moi (4 ans) comme très tard à l’âge adulte. Comme pour tous les sports, plus tôt on pratique et plus naturellement on acquiert le “feeling” ou “sens de l’eau” qui mène à l’aisance en toutes circonstances. S’il s’agit d’une pratique touristique type rafting, le fait de savoir nager et d’être accompagné d’un adulte suffira dès l’âge de 7 ans.

  • Le_Naturographe-Eau-vive_(53)

    Pour une initiation (avec ou sans enfant), y a-t-il une rivière plus adaptée ? Et pour les personnes en quête de sensations ?

    La Durance est clairement la rivière la plus adaptée à l’approche des pratiques d’eau vive, qu’il s’agisse d’initiation ou de découverte de loisirs. Ensuite, il y a une perle d’eau vive pas assez connue à mon goût, qui reste techniquement accessible mais surtout, qui offre un décors digne du grand canyon du Colorado : c’est le bas Guil qui longe le pied du plateau du simoust de Guillestre pour se jeter dans la Durance au niveau d’Eygliers et de sa fontaine pétrifiante. C’est certainement la section de rivière la plus incroyable pour les familles en quête d’aventures sauvages.

  • KevinSaussure-SUP-J3-BD-4219

    Avez-vous un souvenir marquant sur la rivière ?

    J’en ai beaucoup. Mes premiers bains, mes entrainements d’hiver sur l’eau violette, les navigues avec mes mentors, avec mes amis d’enfance, mes premières discussions en anglais, mes premières descentes de nuits … mais ce qui restera comme le N°1 des moments les plus marquant de ma vie sur la Durance, c’est lorsqu’à 17 ans je n’étais encore personne dans le milieu freestyle et que j’ai sorti le plus gros run de la compétition devant le champion d’Europe en titre. Ce jour-là, je me suis révélé en nouveau leader Français devant un public massif l’Embrunais qui était en feu au bord de l’eau, sur la vague du Rabioux en finale de nuit, avec un gros son techno, une vague éclairée de multiples couleurs. C’est le plus beau souvenir de ma carrière de sportif. Depuis je partage ma passion pour cette vallée en organisant l’Outdoormix Festival qui tente de rendre toute sa gloire au territoire sportif de Serre-Ponçon.